• Première panne…

    Mercredi 16 février, après une courte nuit, nous nous rendons place Anatole France pour simuler le pré départ, en effet, nous sommes pris par le temps et devons encore charger nos cartons et faire les dernières courses (planches et pelle pour se désensabler dans le désert). 18h, nous sommes prêts et partons pour Evry, nous prévoyons d’arriver vers 21h. Après, 1h30 de route, la jauge d’essence nous indique que nous n’avons plus d’essence, les phares s’éteignent, la 4L se met à tousser, le temps de se mettre sur la bande d’arrêt d’urgence le moteur s’arrête ! Le diagnostic « éclair » nous sommes en rade d’essence !

    Par chance, nous nous trouvons à 800 mètres à vol d’oiseau de chez Gérard, l’oncle de Victor. C’est parti, le jerrican sous le bras, la pince coupante en main, nous abandonnons notre 4L sur l’autoroute pour rejoindre la station essence la plus proche. Nous coupons le grillage pour sortir de l’autoroute à pied, traversons un champ et retrouvons Gérard. 20 minutes plus tard, nous voilà de retour, nous remplissons le réservoir et c’est parti ! Ca démarre !

    4km plus tard, même symptôme, l’élan nous mènera de justesse sur l’aire d’autoroute d’Orléans Gidy. Après quelques minutes d’aide à distance de Jean-Claude et la minutieuse observation de Samson, nous détectons le problème : l’alternateur s’est débranché avec les vibrations ! Nous rebranchons et avons la grande chance de trouver quelqu’un qui possède un booster de batterie qui nous permet de repartir. Nous arrivons finalement vers 23h30 à Evry, nous finissons de charger la 4L avec les derniers cartons et attendons maintenant impatiemment le grand départ !


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Yannick3
    Samedi 19 Février 2011 à 21:41

    Moralité : pour faire le 4L Trophy, il faut être "câblé" !

    2
    fratineto Profil de fratineto
    Dimanche 20 Février 2011 à 15:22

    Je me souviens, c'était l'autre siècle (1980), j'avais cassé ma 4L... mon frère m'a donné l'Ami 8 de feu notre grand -père. C'était  l'ami 8- trophy en individuel que j'ai fait avec! Elle consommait plus d'huile que d'essence, tenir le volant donnait la même impression que tenir le safran d'un dériveur (trad. : ptit voilier). Un soir, en rentrant de Rennes à St Malo, le tableau de bord s'est éteint progressivement... l'angoisse m'est revenue en vous lisant!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :